Histoire de la Conserverie : 4 générations

Ses débuts à la conserverie

En 1923 Jules FURIC, fils d’Alain, quitte l’école à 14 ans pour seconder son père à l’achat du poisson. A l’époque les ventes se faisaient en breton. Du fait de son enfance à Paris, Jules Furic ne le parlait pas. Mais il apprit rapidement à compter en breton et à comprendre la langue, que ses parents, sa mère Elisa en particulier, parlaient couramment.

La conserverie est créée en 1923 : on y emboîte des sardines et des maquereaux, mais aussi des langoustines, ce qui deviendra une spécialité de l’entreprise. C’est le début de l’utilisation des camions pour le transport du poisson frais et des conserves, Alain FURIC peut dès lors utiliser ses compétences en mécanique et il est l’un des premiers conserveurs (avec LARZUL à Plonéour) à faire l’achat d’un camion dont la bâche et la carrosserie arboraient fièrement la marque « La Pointe de Penmarc’h » (1), « Conserves alimentaires Alain FURIC ».

A cette époque aussi les frères LE CORRE, Matthias et Emile, sont les premiers à faire le commerce de la glace sur le port du Guilvinec. La glace permet un meilleur transport du poisson en caissettes de bois. Par la suite d’autres mareyeurs et des conserveurs, constitués en groupement, produisirent des pains de glace et de la glace concassée. En 1942, un entrepôt frigorifique fut créé par l’ingénieur Pierre YOUINOU qui dirigeait la production de glace pour le groupement de mareyeurs et de conserveurs (2).

  • Dans les années 1920 - 1930 : L’un des premiers véhicules d’Alain Furic devant sa maison
  • Jules Furic à l’arrière du camion
  • Vers 1930 : Alain Furic à l’arrière du camion, son épouse, Elisa, à la fenêtre et leur fille Yvonne à l’intérieur du camion
  • Vers 1930 : Sur la place Wilson, le camion de l’entreprise d’Alain Furic se prépare pour le défilé de la fête des langoustines avec en arrière-plan le poste de douane
  • 1932 : Une langoustine sur un char...
  • Vers 1932 : Jules et son père Alain

A partir des années 30, pour trouver de nouveaux débouchés en marée, Jules FURIC organise des livraisons directes et régulières sur les marchés de Brest et Saint-Brieuc. Pendant son service militaire à Paris, il profite de son temps libre pour faire connaître les produits de la conserverie aux épiceries parisiennes qui lui firent ses premières commandes. C’est en 1943 qu’il devient officiellement responsable de l’entreprise, son père Alain continuera à y travailler jusqu’à la fin de la guerre.

Parmi les anecdotes concernant la famille, citons celle de la jeune sœur de Jules FURIC, Yvonne, qui gagne en 1934 le gros lot de la loterie nationale, soit environ 70000 €, qu’elle investit dans l’entreprise familiale, donnant ainsi à l’entreprise une assise financière plus confortable.

(1) Note : La marque de l’usine FURIC « La Pointe de Penmarc’h » sera cédée à Saupiquet en 1996, qui la vendra à Monsieur TESSIER en 2000 qui la revendra à la conserverie Chancerelle en 2003.

(2) Le groupement de mareyeurs et conserveurs, connu sous le nom « La Glacière », produisit des pains de glace et de la glace concassée jusque dans les années 50, puis de la glace paillette. En 1975 la société fut reprise par René LANTHONY (Société Frigorifique de Cornouailles). Cette Société dirigée à ce jour par Gabrielle LANTHONY produit pour les bateaux 7000 tonnes de glace par an.